La ligne Saint-Trojan - Maumusson ...

Passe de la Vigne Américaine

Au PK 2,5 (Point Kilométrique 2,5), certains voyageurs peuvent être surpris de voir indiquer sur une pancarte « Passe de la vigne américaine ». Non, les américains n’ont pas débarqué en Oléron et implanté leurs vignes californiennes dans l’immédiate après guerre… En observant de plus près les abords de la voie, particulièrement à l’automne, vous constaterez que des plants de vigne ont colonisé des chênes verts et des acacias, allant jusqu’à les recouvrir presque entièrement et certains d’entre eux portent même des grappes. Si vous vous enfoncez à pied sur le chemin de la vigne américaine, au carrefour des pistes en calcaire, vous trouverez trace de l’ancienne combe aux peupliers qui est atteinte elle aussi du même symptôme : la vigne grimpe aux arbres.

La vigne, une culture ancestrale

La culture de la vigne en Oléron remonterait à la fin du IIIème siècle, lorsque l'empereur romain Probus a autorisé tous les gaulois à faire du vin. Au XIIème siècle, la viticulture est une activité économique très importante dans l’île, le commerce avec l'Angleterre, suite au mariage d’Aliénor d'Aquitaine avec Henri Plantagenet, est florissant. Celui du vin est alors à l'origine de la rédaction des Rôles d'Oléron (droit maritime), qui s'étendent progressivement à toute l'Europe.
Ainsi, les oléronais produisent en 1880, entre 630 000 et 720 000 hectolitres, sur 15 000 hectares plantés du nord au sud. Le vin blanc de Saint-Trojan a la réputation d’être le meilleur de l’île.
Une catastrophe économique
Le phylloxéra de la vigne, est une espèce d'insecte homoptère, sorte de puceron ravageur de la vigne. Le terme désigne aussi, par métonymie, la maladie de la vigne causée par cet insecte. Le phylloxéra (Dactylosphaera vitifoliae (Fitch)), famille des Phylloxeridae, fut déterminé en 1868 par Jules Émile PLANCHON qui lui avait alors donné le nom de Phylloxera vastatrix parfois encore utilisé aujourd'hui. L'insecte est originaire de l'est des États-Unis et a provoqué une grave crise du vignoble européen à partir de 1863, où il est apparu dans le Gard. Il a en effet fallu plus de trente ans pour la surmonter, en utilisant des porte-greffes issus de plants américains naturellement résistants au phylloxéra. En 1869, Victor PULLIAT crée la Société régionale de viticulture de Lyon et prône par des conférences et des cours le greffage sur porte-greffes résistants pour régénérer la vigne française attaquée par le phylloxéra.


Lorsque le phylloxéra provoque ses ravages sur le territoire continental, les oléronais pensent être épargnés par l’épidémie. Malheureusement, ils doivent déchanter car le phylloxéra (transporté par le vent ou plus probablement par « les pierres à macadam » destinées aux chemins de l’île), apparaît dans le vignoble dès 1883. En 2 ou 3 ans, les communes du Château, de Dolus et de Saint-Pierre sont dévastées, les communes de Saint-Georges et de Saint-Denis sont moins touchées. Seules les vignes de sable, qui donnent du vin blanc, résistent.

Un visiteur, Arsène DUMONT, démographe de son état, dans son ouvrage « Essai sur la natalité aux Iles de Ré et d’Oléron », publié en 1890, fait le constat suivant :
« Avant l’invasion du phylloxéra, la prospérité était inouïe. En cinquante ans, la valeur des terres avait quadruplé, la quantité du vin exporté quintuplé, et son prix était devenu triple. « On ne savait que faire de son argent ». Entre 1886 et 1892, un tiers des vignes est arraché. (…). Les propriétaires sont tombés dans la gène (…). A Saint-Georges, j’ai vu vendre 200 frs, un hectare de terre qui, dix ans plus tôt, valait cinq ou six milles francs ».

Les pépinières de Saint-Trojan

Pour lutter contre ce fléau, deux pépinières sont créées en 1884 par l’administration des forêts. Un visiteur, Victor-Eugène HARDOUIN-DUMAZET, rédacteur en chef du journal « La Charente » décrit dans son ouvrage « Quinze jours dans l’Ile D’Oléron » publié en 1886, sa visite des pépinières :
La première est située non loin du bourg en bordure de la route empierrée qui conduit à la Grande Plage. Elle est consacrée uniquement au vignoble français : « J’ai remarqué là, parmi les cépages, les suivants :
Communs de la Gironde : Salle Rouge, Saint-Macaire, Manein, Fer Gironde ; Cépages de la Gironde : Pignon, Gros Verdot, Petit Verdot, Merlot, Cabernet Lamoignon, Cabernet Franc, Malbec Margaux, Malbec Blayais ; Cépages de Lot-et-Garonne : Gros de Judith, Plant des Dames, Castets ; Cépages du Midi : Balzac d’Oléron, Petit Bouchet, Alicante Bouchet, Carignan, Aramon, Œillade, Chasselas ; Cépages blancs de Sauternes : Semillon, Sauvignon ; Cépages blancs des Charentes : Jurançon, Jacot d’Oléron, Folle Verte, Folle Jaune. ». Plantés dans un sable profond contenant deux tiers de silice, les vignes françaises résistent mieux au phylloxéra.
La deuxième, plus vaste (3 hectares), est située dans « La Combe aux Peupliers », elle est « spécialement consacrée à la vigne américaine. Tous les cépages ou à peu près y sont représentés (Estivallis, Labrusca, Riparia et Cordifolia). Ce qui frappe tout d’abord, c’est l’extraordinaire vigueur de la végétation. (…). Il y a notamment des Riparias tomeuteux superbes. Le sol tout entier disparaît sous les rameaux luxuriants. (…). La pépinière est surtout destinée à fournir des boutures, sur lesquelles on pourra, plus tard, enter nos cépages français. » En 1888, les besoins en boutures sont tels, que l’administration décide de l’agrandir pour y introduire d’autres productions américaines : Taylor, Norton, Jacquez, Rulander, Herbemont… Elle est alors rebaptisée « Pépinière de la Vigne Américaine ».

L’après crise

En 1902, le vignoble oléronais s'étend sur 3 910 hectares, soit quatre fois moins que vingt ans auparavant ! En 1979, on compte 1 845 hectares de vignes. Actuellement, La production oléronaise est en moyenne un peu inférieure à 6 000 hectolitres sur environ 750 hectares de vignes partagées entre les caves particulières et la coopérative. Outre le pineau et le cognac qui demeurent les fleurons de cette viticulture, les producteurs se sont reconvertis vers des vins de pays de bonne qualité.